Dans le cadre des consultations publiques en vue du prochain plan pour la jeunesse québécoise 2021-2026, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) a déposé un mémoire pour partager ses recommandations quant aux actions à inclure en matière de santé.

Au Québec, la problématique du poids chez les 15 à 29 ans continue de prendre de l’ampleur et représente un problème de santé publique. Étant donné ses effets néfastes sur la santé physique et psychosociale, sur la réussite éducative et de la productivité de la population active, il est essentiel que le gouvernement s’engage davantage en matière de prévention auprès des jeunes. Annuellement, l’obésité coûte près de 3 milliards de dollars au système de santé québécois. Le gouvernement doit ainsi offrir aux Québécois des milieux de vie qui facilitent l’adoption de saines habitudes de vie.

Pour améliorer la qualité de l’alimentation des jeunes, le gouvernement devrait envisager des mesures visant la diminution de la surconsommation de boissons sucrées, appuyer l’apprentissage de compétences culinaires des jeunes et veiller à l’amélioration des environnements alimentaires qu’ils fréquentent, dont les établissements d’enseignement. Afin de promouvoir un mode de vie physiquement actif, le gouvernement devrait intervenir dans deux sphères de compétences clés pour rejoindre les jeunes : le milieu scolaire et l’aménagement du territoire. L’école permet d’atteindre le plus grand nombre de jeunes en situation d’apprentissage et d’expérimentation de plusieurs types d’activités physiques. Quant à l’aménagement du territoire, le gouvernement a la capacité d’influencer l’adoption de modes de déplacements actifs, l’une des façons les plus simples d’atteindre les recommandations d’activité physique. L’adoption de politiques publiques destinées à prévenir la problématique du poids chez les jeunes repose sur une volonté politique ; celle de s’assurer que la jeunesse pourra grandir, apprendre, travailler et vieillir en santé.

Sommaire des recommandations

La Coalition Poids invite donc le gouvernement à agir rapidement sur la problématique du poids qui touche un important pourcentage de jeunes Québécois. Sachant que de nombreux défis s’annoncent dans les années à venir pour la société québécoise, la question du surpoids et de l’obésité ne doit pas être écartée. Considérant les objectifs fixés par la Politique québécoise de la jeunesse 2030, le gouvernement doit s’inspirer des meilleures pratiques pour la prévention et la réduction de l’obésité. Une population en santé est une source de dynamisme et de richesse dont la province ne peut se passer dans les décennies à venir.

  • Instaurer une taxe sur les boissons sucrées et dédier les revenus à la prévention de l’obésité et des maladies chroniques ;
  • Interdire l’offre de boissons sucrées « à volonté » dans les restaurants ;
  • Prohiber la distribution gratuite de boissons sucrées, incluant les boissons énergisantes, dans les espaces publics ;
  • Retirer définitivement l’offre de boissons sucrées des établissements scolaires ;
  • Augmenter l’accès à l’eau potable gratuite et en faire la promotion ;
  • Soutenir davantage le développement des compétences alimentaires et culinaires des jeunes à l’école ;
  • Interdire l’installation de restaurants rapides près des écoles ;
  • Consacrer un temps minimal obligatoire aux cours d’éducation physique et à la santé ;
  • Soutenir des activités physiques parascolaires et intramuros variées pour tous ;
  • Favoriser le transport actif et collectif ;
  • Augmenter le soutien au Virage santé dans les écoles.

Cliquez ici, pour consulter notre mémoire.