Les changements climatiques, l’obésité et les maladies chroniques affectent la qualité de vie des citoyens et les finances publiques. Il est urgent d’agir pour le climat et la santé, et cela passe notamment par des politiques publiques fortes et cohérentes en matière de réduction des émissions de GES et d’adaptation de nos communautés. Plusieurs solutions pour pallier l’épidémie d’obésité permettent de réduire les changements climatiques et de favoriser la résilience face à ceux-ci.

Dans le cadre des consultations publiques organisées par le gouvernement provincial pour l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques, la Coalition Poids a déposé un mémoire afin de partager ses recommandations.

Favoriser le transport actif et collectif

Une transition écologique du transport doit s’accélérer et prioriser le développement d’infrastructures pour des déplacements actifs en toute sécurité et l’offre de transports collectifs. Que l’on parle d’activité physique, de prévention de l’obésité ou de maladies comme les problèmes cardiovasculaires et les cancers, l’utilisation de la marche et du vélo comme moyens de transport est toujours profitable. De plus, le recours au transport collectif, en raison de la marche qu’il oblige à faire pour se rendre à un point d’embarquement ou à sa destination, contribue aussi au maintien de la santé. Pour assurer une réelle transition, parallèlement au développement du transport collectif, la réduction de la place de l’automobile est essentielle.

Si la transition, très lente, vers les voitures électriques contribue à la réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) et contribue à la qualité de l’air que l’on respire, il demeure que cette transition est insuffisante puisqu’elle n’aide en rien la lutte à la sédentarité ni l’utilisation de « l’auto solo », dont les espaces de stationnement empiètent sur d’autres aménagements plus favorables à la santé, à la qualité de vie et à l’environnement (ex. : places publiques, pistes cyclables, verdissement, etc.).

Assurer une planification intelligente de l’aménagement du territoire

Une politique d’aménagements responsables du territoire s’avère nécessaire à instaurer. L’étalement urbain et les systèmes de transport axés sur l’automobile occasionnent un lot d’externalités. Il serait possible de les réduire significativement en effectuant un changement de paradigme en faveur d’un développement urbain plus dense, compact et diversifié et de modes de transport collectifs et actifs intégrés à la planification du territoire. En occupant moins d’espace sur les routes et en favorisant un mode d’occupation du territoire plus dense, le gouvernement évite la destruction de milieux naturels et de terres agricoles.

De façon complémentaire, le verdissement des villes, afin de réduire la présence des îlots de chaleur, doit faire partie d’un plan intégré de résistance aux changements climatiques. De plus, dans une optique de résilience face aux canicules et aux variations de température, l’offre de fontaines d’eau doit être suffisante dans les municipalités. Cela est particulièrement important alors qu’un fort courant de retrait des bouteilles d’eau à usage unique a lieu dans diverses municipalités du Québec pour réduire, à juste titre, les déchets de plastique.

Des cours d’école vertes

Les cours d’école représentent certainement un important point de départ. Alors que de grands îlots de chaleur asphaltés constituent la majorité des cours d’école du Québec, un effort de transition verte est essentiel. Que ce soit en y ajoutant des arbres pour créer des espaces d’ombre ou en verdissant le sol avec de la pelouse ou des zones de jardinages, les options sont nombreuses pour agrémenter le milieu de vie des jeunes, tout en réduisant l’impact sur la planète.

Sommaire de nos recommandations

Les générations futures, et tout particulièrement les personnes vivant dans des situations plus vulnérables, doivent pouvoir vivre  en santé  et avec  une bonne qualité de vie. Le Plan d’électrification et de changements climatiques, doit viser réduire la dépendance des Québécois à la voiture et multiplier les déplacements actifs et collectifs. Ce revirement de tendance sera bénéfique pour l’environnement et pour la santé des Québécois.

La Coalition Poids recommande donc les actions suivantes :

  • réduire le volume de circulation automobile et développer l’offre de transport collectif ;
  • implanter des mesures d’apaisement de la circulation ;
  • offrir des aménagements cyclables sécuritaires et en toute saison ;
  • sécuriser les trajets vers l’école ;
  • planifier les transports et l’aménagement du territoire de façon intégrée ;
  • augmenter et protéger les espaces verts ;
  • subventionner l’installation et l’entretien des fontaines dans les lieux publics et les parcs ;
  • retirer l’offre de boissons sucrées des lieux et installations publics ;
  • verdir les cours d’école.

Pour consulter notre mémoire au complet, cliquer ici.