Afin de faciliter la saine alimentation des Canadiens, la Coalition Poids souhaite partager ses recommandations concernant les modifications réglementaires proposées dans le cadre de l’Initiative de modernisation de l’étiquetage des aliments. Avec la prévalence élevée d’obésité et de maladies chroniques associées à l’alimentation, il est urgent de redoubler d’efforts en matière d’étiquetage, de politiques alimentaires et de réglementation.

Depuis plusieurs années, la Coalition Poids participe aux différents travaux de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) concernant l’étiquetage des aliments, et ce, afin de contribuer à l’amélioration de l’alimentation des Canadiens en facilitant des décisions éclairées.

Présentement, certaines images, allégations ou logos industriels concurrencent les informations nutritionnelles et peuvent induire les consommateurs en erreur, nuisant au succès potentiel de la réforme de l’étiquetage nutritionnel et à son bénéfice probable pour les Canadiens. Il s’avère donc essentiel pour le gouvernement de s’intéresser à l’ensemble des pratiques actuellement permises ou tolérées sur l’emballage des produits alimentaires.

Recommandations

1- Maximiser la transparence et la clarté pour mettre un terme au marketing trompeur :

  • afficher le pourcentage de l’ingrédient caractéristique contenu dans un produit;
  • mettre en évidence la présence d’arômes;
  • interdire l’usage du nom « collation aux fruits » ou « collation à saveur de fruits » pour désigner des bonbons;
  • protéger et réserver l’attribution du nom usuel « eau » uniquement à l’eau, afin qu’il ne soit pas attitré à des boissons sucrées; interdire l’appellation « boisson à l’eau »;
  • encadrer les logos « santé » autoproclamés;
  • rendre public l’objet des plaintes des consommateurs à l’égard de l’étiquetage.

2- Encadrer davantage le marketing alimentaire:

  • contrôler les messages véhiculés sur les étiquettes afin qu’ils soient cohérents avec les autres messages de santé publique, dont ceux propagés par Santé Canada et les nouvelles recommandations du Guide alimentaire canadien;
  • interdire la publicité aux enfants sur les emballages.

3 – Réduire les délais d’application à un maximum de trois ans.

Pour en savoir plus, consultez l’avis complet.