Davantage d’investissements en prévention de l’obésité s’imposent

En réaction aux nouvelles lignes directrices de pratique clinique en lien avec l’obésité, dévoilées par le Journal de l’Association médicale canadienne, l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) réitèrent l’urgence d’investir massivement en prévention et rappellent la responsabilité du gouvernement d’offrir des milieux de vie qui facilitent les choix sains.

Baisse importante du niveau d’activité physique des jeunes Québécois de 14-17 ans

Depuis le début de la crise sanitaire, un.e adolescent.e sur deux, âgé.e.s de 14 à 17 ans, a connu une réduction de son niveau d’activité physique. Déjà en déclin depuis plusieurs années, le temps actif des jeunes préoccupe plusieurs organismes et professionnels, dont Capsana, la Chaire de recherche Kino-Québec sur l’adoption d’un mode de vie physiquement actif en contexte scolaire, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids), la Direction régionale de santé publique (DRSP), la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ) et Montréal physiquement active.

La Coalition Poids invite le gouvernement du Québec à agir davantage en prévention de l’obésité et des maladies chroniques

À la suite de l’annonce d’un nouveau plan d’action pour réduire la problématique de l’obésité au Royaume-Uni, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) salue l’adoption d’une telle stratégie globale et presse le gouvernement Legault de prendre des engagements concrets en matière de prévention de l’obésité et des maladies chroniques au Québec. Alors que le surpoids et l’obésité continuent de progresser de façon alarmante au Québec et que la problématique coûte des milliards de dollars annuellement, les actions entreprises par le gouvernement restent trop timides.