Montréal, le 7 mai 2021 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) se réjouit de plusieurs aspects du Plan de relance pour la réussite éducative 2021-2022 du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Dans le cadre de la consultation publique tenue plus tôt ce printemps, la Coalition Poids avait déposé un mémoire pour partager ses recommandations. Préoccupée des effets de la pandémie sur les habitudes de vie des jeunes, la Coalition Poids espérait notamment voir des mesures concrètes dans les écoles pour rehausser le niveau d’activité physique des élèves et assurer une saine alimentation. « Plusieurs de nos recommandations sont au rendez-vous. L’activité physique et l’alimentation jouent un rôle crucial au niveau de la santé physique et du développement des enfants. Au quotidien, elles ont un impact sur la capacité d’attention et de concentration à l’école », explique Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

L’été dernier, plus de 50 % des jeunes de 14 à 17 ans ont connu une importante diminution de leur niveau d’activité physique, selon un sondage mené par Léger pour le compte de la Coalition Poids. « Au Québec, de plus en plus d’enfants et d’adolescent.es sont obèses et développent des maladies cardiovasculaires et métaboliques, une situation autrefois uniquement observée chez les adultes », s’inquiète madame Voyer. « Il faut mettre les bouchées doubles, ces maladies nuisent aux chances égales de réussir et altèrent grandement la santé physique et mentale des jeunes. En plus des impacts sur la santé physique, la problématique de l’obésité a également des impacts psychosociaux dévastateurs. Les enfants en surpoids sont souvent davantage victimes d’intimidation ou de rejet à l’école. Il est donc essentiel d’agir tôt pour contrer l’intimidation à l’égard du poids, inculquer une image corporelle positive et acquérir de saines habitudes de vie » ajoute-elle. Pour y parvenir, le milieu scolaire représente un levier d’action à privilégier pour rejoindre l’ensemble des enfants, incluant les plus vulnérables. Parmi les mesures du Plan de relance du ministre de l’Éducation, la Coalition Poids souligne :

  • les services consacrés aux saines habitudes de vie dans les centres de formation professionnelle et d’éducation des adultes ;
  • le soutien au déploiement de la mesure Aide alimentaire ;
  • les activités parascolaires pour la santé, le bien-être et la réussite de tous ;
  • l’offre bonifiée de la mesure À l’école, on bouge! ;
  • le soutien financier au Programme provincial de plein air en milieu scolaire ;
  • le soutien à l’enseignement extérieur et à l’éducation par la nature ;
  • les sorties éducatives en classe nature et en classe découverte pour chaque élève du primaire ;
  • la bonification du volet Bien-être à l’école.

Enchâsser la Politique-cadre Pour un virage santé à l’école dans la Loi sur l’instruction publique

En raison de sa mission éducative, l’école se doit d’être un milieu exemplaire en matière d’environnements favorables à la santé. Ainsi, augmenter et maximiser les occasions pour les jeunes d’être actifs au quotidien à l’école contribue au développement des compétences sociales et des habiletés cognitives et à la performance scolaire en favorisant la capacité d’attention, la concentration, la mémoire et un meilleur comportement en classe. Assurer une saine alimentation à l’école permet également d’offrir une chance égale de réussir. La pandémie ayant exacerbé la précarité alimentaire de certains groupes déjà vulnérables à l’insécurité alimentaire, il était nécessaire de bonifier la mesure d’Aide alimentaire.

Depuis 2007, la Politique-cadre Pour un virage santé à l’école offre aux écoles des lignes directrices pour favoriser les saines habitudes de vie. Il s’agit d’un ancrage essentiel pour assurer une cohérence entre les enseignements et l’environnement scolaire. Par exemple, les aliments donnés dans le cadre de l’aide alimentaire doivent respecter les orientations de la Politique-cadre. Offrir aux enfants des aliments de faible qualité nutritive, même s’ils proviennent de dons, n’est pas sans conséquence pour la santé et l’acquisition de saines habitudes alimentaires. Même dans un contexte où l’on vise à répondre aux besoins d’élèves en situation précaire, il faut miser sur une offre alimentaire saine, car tous les enfants du Québec méritent d’avoir une chance égale de bien se nourrir.

Ainsi, afin de pérenniser l’ensemble des interventions proposées par le Plan de relance et d’assurer une application optimale, la Coalition Poids recommande d’enchâsser la Politique-cadre Pour un virage santé à l’école dans la Loi sur l’instruction publique. « La saine alimentation et l’activité physique sont des alliés importants pour les enseignant.es et l’ensemble de l’équipe-école, qui contribuent à rendre les élèves plus performants sur le plan académique et sont des vecteurs de motivation, d’appartenance et de persévérance scolaire », conclut madame Voyer.

Pour en savoir plus sur nos recommandations, consultez notre mémoire.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids

Créée en 2006 et chapeautée par l’Association pour la santé publique du Québec, la Coalition québécoise sur la problématique du poids est appuyée par plus de 700 partenaires issus de la santé, de la recherche, de l’environnement, de la nutrition, de l’activité physique, ainsi que des milieux municipal et scolaire. Son mandat est de revendiquer des modifications législatives, réglementaires et des politiques publiques, afin de favoriser la mise en place d’environnements facilitant les saines habitudes de vie, qui contribuent à prévenir l’obésité et les maladies chroniques. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

– 30 –

Pour toute demande d’entrevue, contactez :

Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca