Dans le cadre des consultations menées par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) sur l’élaboration de la Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires (SNUAT), la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) souhaite réitérer l’importance d’aménager le territoire afin de favoriser le bien-être et les saines habitudes de vie de ses citoyen.ne.s qui y vivent, et particulièrement les modes de vie physiquement actifs et la saine alimentation. Ainsi, nous contribuerons à la santé des générations présentes et futures.

Environnement bâti et obésité : quel est le lien?

À l’heure actuelle, plusieurs efforts sont investis pour améliorer les habitudes de vie de la population en lui suggérant de manger mieux et de bouger plus. Toutefois, la prévalence de l’obésité ne cesse d’augmenter, résultat de notre environnement obésogène qui se caractérise entre autres par une grande disponibilité d’aliments à forte densité énergétique et un aménagement du territoire peu favorable aux modes de vie physiquement actifs.

Des changements environnementaux concrets pourraient contribuer à favoriser un mode de vie plus sain et concourir à la diminution de la prévalence de l’obésité chez les jeunes. Les municipalités peuvent résorber l’effet des environnements obésogènes et rendre plus faciles les choix santé, que ce soit par l’offre alimentaire ou l’organisation urbaine.

Les questions de santé, de bien-être et de qualité de vie doivent impérativement être envisagées dans la SNUAT.

  • L’aménagement du territoire et l’urbanisme doivent être favorables à la santé et à la qualité de vie des citadins et faire en sorte que la santé soit au centre du processus de prise de décision.
  • La santé constitue l’un des éléments principaux du développement durable et un urbanisme favorable à la santé vise à améliorer à la fois la qualité de l’environnement bâti et la qualité de vie.
  • C’est en fonction de ces orientations que l’on peut créer une économie, un environnement et une société en bonne santé[iii].
  • Il faut offrir des leviers pour permettre aux municipalités de favoriser la santé. Les plans ainsi que les schémas d’aménagement et de développement de même que les plans d’urbanisme doivent contenir des orientations qui portent sur l’aménagement durable et favorable aux saines habitudes de vie et à la santé. Considérer les effets probables sur la santé et les saines habitudes de vie lors des principales opérations de planification, de construction et de rénovation d’infrastructures diverses.

Bien que les choix d’habitudes de vie relèvent de l’individu, l’environnement joue un rôle fondamental sur les comportements et le processus décisionnel. Les études confirment l’influence de l’aménagement du territoire sur les habitudes de vie et proposent une série de recommandations pouvant être au cœur de la SNUAT.

La santé et le développement durable sont intimement liés. Les études ont démontré que l’absence de développement, le système de transport, les modes d’occupation du sol et le design urbain peuvent avoir d’importantes répercussions sur la santé des populations.

Pour en savoir plus, consultez notre mémoire, déposé dans le cadre de la stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires.