La Coalition Poids est au congrès de la Fédération des éducateurs et des éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ) abordant le thème du mode de vie physiquement actif en milieu scolaire.

Au Québec, non seulement observe-t-on une diminution de la pratique d’activité physique chez les jeunes, mais également une diminution de leur condition physique, leurs capacités cardiovasculaires et leurs habiletés motrices. Si les parents ont un rôle à jouer dans cet apprentissage, le milieu scolaire, plus spécifiquement, les éducateurs et éducatrices physiques, ont un rôle de premier plan dans l’acquisition de la littératie physique. Ce faisant, l’acquisition d’une bonne littératie physique permet de s’assurer que les enfants auront les compétences, l’intérêt d’adopter et surtout, de conserver un mode de vie physiquement actif le plus longtemps possible.

Le cours d’éducation physique et à la santé rejoint tous les enfants et les adolescents, sans discrimination, et leur permet d’acquérir les habiletés motrices de base, les connaissances, les attitudes et les comportements nécessaires pour adopter un mode de vie sain et actif. C’est pourquoi il est necessaire de rendre obligatoire le temps minimal consacré aux cours d’éducation physique et à la santé :

  • au préscolaire : 60 minutes par semaine ;
  • au primaire : 120 minutes par semaine ;
  • au secondaire : 300 minutes par cycle de 9 jours.

Une telle mesure permettrait à tous les enfants québécois de bénéficier des cours d’éducation physique et à la santé de manière plus équitable, leur permettant d’avoir davantage de temps pour développer leurs habiletés, de découvrir le plaisir d’être actif et d’expérimenter différentes activités. Cela leur permet d’identifier celles qu’ils prendront plaisir à pratiquer tout au long de leur vie.