Devant la volonté du gouvernement d’identifier des pistes d’action pour réduire l’impact du temps d’écran sur la santé de nos jeunes, la Coalition québécoise sur la problématique du poids a déposé un mémoire.

Alors que les jeunes Québécois.es s’éloignent de plus en plus des cibles d’activité physique quotidienne, il est crucial de maximiser les occasions d’être actif. Selon la littérature, la réduction du temps d’écran n’équivaut pas nécessairement à une augmentation de l’activité physique. Cela signifie que si l’on souhaite diminuer la sédentarité, il est nécessaire de penser à des solutions complémentaires allant au-delà de la réduction de temps d’écran à elle-seule.

Voici donc un sommaire de nos pistes d’action :

Augmenter et maximiser les occasions pour les jeunes d’être actifs, du moment où ils partent le matin pour l’école jusqu’à leur retour à la maison, afin qu’ils puissent cumuler un minimum de 60 minutes d’activité physique par jour.

  • Augmenter et rendre obligatoire un temps minimal consacré aux cours d’éducation physique et à la santé
  • Organiser et encadrer des récréations actives dans des cours d’école bien aménagées
  • Favoriser les déplacements actifs entre le domicile et l’école

Créer des quartiers favorables à l’activité physique

  • Encourager le jeu libre dans la rue
  • Faciliter l’accès aux espaces verts et revoir leur aménagement
  • Favoriser les déplacements actifs sécuritaires dans les quartiers

Rendre l’activité physique accessible à tous

  • Assurer une meilleure accessibilité économique et géographique
  • Diversifier l’offre des activités physiques et sportives
  • Encourager les activités hivernales extérieures

Le temps d’écran et la pratique d’activités physiques sont des facteurs déterminants de la santé et de la réussite éducative. Pour aider les jeunes Québécois.es à réduire leur temps d’écran, le gouvernement devrait considérer offrir des conditions favorables à la pratique d’activité physique et sportive.

Pour lire le mémoire au complet, cliquez ici.