Dans le cadre des consultations publiques sur le quartier Namur-Hippodrome, conjointement, la Coalition Poids et le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM), ont déposé un mémoire afin de partager leurs recommandations quant aux actions à considérer en matière de santé.

Au Québec, une proportion inquiétante de la population est sédentaire, autant dans ses loisirs que dans ses déplacements. Près de 80 % des travailleurs utilisent la voiture pour se rendre au travail et en revenir, alors qu’ils ne sont que 7 % à se déplacer de manière active. Ceci est largement dû à la façon d’aménager les villes pour accommoder les déplacements automobiles. L’occupation du sol, les systèmes de transport et le design urbain déterminent en grande partie les modes de transport adoptés par les individus. Ils ont ainsi d’importantes répercussions sur l’environnement et la santé des populations en incitant ou en décourageant l’adoption d’un mode de vie physiquement actif.

Dans une société fortement motorisée, comme l’est le Québec, les déplacements automobiles entraînent des impacts majeurs sur la santé : blessures, séquelles et décès dus aux accidents de la route ; troubles cardiaques et pulmonaires provoqués par la pollution de l’air ; obésité et embonpoint engendrés par la sédentarité qu’imposent les déplacements « inactifs » ; problèmes de santé mentale dus aux longs navettages et à la congestion routière. En revanche, les modes actifs et collectifs de transport concourent à atténuer de nombreux impacts néfastes de la voiture sur la santé, l’environnement et l’économie.

Que l’on parle d’activité physique, de prévention d’obésité et des maladies chroniques, l’utilisation de la marche et du vélo comme moyen de transport est toujours gagnante. De plus, le recours au transport en commun, en raison de la marche qu’il oblige à faire pour se rendre à un point d’embarquement, contribue significativement au maintien de la santé.

Sommaire de nos recommandations

  1. Un quartier carboneutre pour des milieux de vie urbains conviviaux et favorables à la santé :
    Favoriser une planification des transports positionnant l’humain au centre des préoccupations ;
    Implanter des aménagements sécuritaires 12 mois par année pour les piétons et les cyclistes ;
    Offrir une expérience de déplacement optimale aux piétons, aux cyclistes et aux usagers du transport collectif ;
    Planifier les transports et l’aménagement du territoire de façon intégrée.
  2. Permettre le jeu libre dans les rues résidentielles et ruelles.
  3. Favoriser l’installation d’une école ouverte à la communauté :
    Planifier le choix des terrains et aménagement pour les écoles ;
    Développer un projet d’école avec espaces partagés et ouverts à la communauté.
  4. Restreindre l’offre de restaurants rapides à proximité des écoles.
  5. Augmenter et protéger les espaces verts :
    Favoriser la contribution aux fins de parcs, par les promoteurs, sous forme de cession de terrain dans le quartier de l’Hippodrome ;
    Fixer un objectif de verdissement par rapport au couvert naturel actuellement présent sur le site ;
    Aménager des parcs multifonctions et intergénérationnels.
  6. L’accès à des aliments sains, diversifiés et à bon prix pour bien manger :
    Assurer une offre alimentaire saine dans les installations municipales ;
    Restreindre l’offre de boissons sucrées des lieux et installations publics ;
    Subventionner l’installation et l’entretien des fontaines dans les lieux publics et les parcs.

Cliquez ici, pour consulter notre mémoire.