Montréal, le 17 septembre 2018 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) se désole d’apprendre que l’industrie bénéficiera d’un autre sursis de deux ans avant que les produits contenant des huiles partiellement hydrogénées ne soient retirés des tablettes. « Ce nouveau délai est révoltant, presque insultant pour les Canadiens. Cela fait plus de 10 ans que les limites de gras trans industriels ont été dévoilées à l’industrie alimentaire. Un an après l’annonce du règlement, il est incroyable qu’on leur laisse encore du temps pour écouler des aliments qui contiennent un ingrédient désormais classé comme non sécuritaire pour la santé ! », s’insurge Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

La Coalition Poids demande à l’Agence canadienne des aliments (ACIA) de revenir sur sa décision. « L’ACIA doit prioriser la santé des Canadiens et non les intérêts économiques des entreprises. Surtout que, dans le cas des gras trans, les entreprises qui en ont encore dans leurs produits sont celles qui n’ont pas fait les efforts demandés au cours de la dernière décennie ! Le gouvernement, et surtout les Canadiens, ont déjà été bien trop patients. Les huiles partiellement hydrogénées doivent disparaître du marché dès maintenant », réclame-t-elle.

La Coalition Poids rappelle que l’interdiction des huiles partiellement hydrogénées est loin d’être une surprise pour les industries concernées. L’ombre d’un règlement réduisant les gras trans industriels plane depuis 2007, alors que le gouvernement avait indiqué qu’il opterait pour la voie réglementaire si les cibles publiées n’étaient pas atteintes en 2009. La plupart des industries ayant fait des efforts, le gouvernement conservateur avait alors choisi de poursuivre l’approche volontaire. Malgré les preuves que les cibles n’étaient pas atteintes, il a fallu attendre jusqu’au 15 septembre 2017 pour que soit finalement adopté un règlement interdisant l’utilisation d’huiles partiellement hydrogénées. L’industrie avait un an pour se préparer à l’application des nouvelles dispositions, une période qu’elle a jugée raisonnable lors des consultations publiques. L’ajout de deux ans pour appliquer le règlement est incompréhensible.

« Avant de contribuer à l’économie, le système alimentaire sert à nourrir les Canadiens. Avec 15 millions d’adultes en surpoids et près de la moitié de la population souffrant d’au moins une maladie chronique, la saine alimentation des Canadiens est cruciale. Avec tout le temps déjà laissé, il n’y a aucune raison admissible pour continuer à accepter que des Canadiens mangent des gras aussi nocifs pour leur santé que les gras trans. Vaut mieux gaspiller de vieux produits de boulangerie que des vies ! », conclut Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit plus de 500 partenaires, qui visent l’adoption de politiques publiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

–30–

Pour toute demande d’entrevue, contactez :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca