Montréal, le 23 août 2018 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) salue l’initiative du programme Alimentation santé, qui permettra d’analyser l’offre de produits transformés proposés aux Québécois et d’améliorer leur valeur nutritive. « Une alimentation saine doit être principalement constituée d’aliments frais et peu transformés, comme les fruits, les légumes, les légumineuses ou les grains entiers. Toutefois, lorsque l’on doit se tourner vers les aliments préparés, il faut pouvoir trouver des aliments sur le marché qui ne nuisent pas à notre santé. Actuellement, c’est un défi ! », explique Corinne Voyer. Cette initiative répond à deux revendications de la Coalition Poids lors des consultations sur la Politique bioalimentaire :

  • identifier et rendre publiques les catégories de produits dont la qualité nutritive est généralement insuffisante et les cibles à atteindre pour l’industrie ;
  • soutenir la recherche et l’innovation visant une offre alimentaire améliorée

Actuellement, près de la moitié des calories consommées par les Québécois provient d’aliments ultra-transformés du commerce, souvent riches en sucre, sel ou gras saturés. Même s’il faut miser sur les compétences alimentaires et culinaires pour réduire cette proportion, l’amélioration des produits les plus consommés sur le marché est nécessaire. « Pour avoir un réel impact sur la santé des Québécois, le programme devra cibler principalement les aliments transformés du quotidien, trop sucrés, salés ou gras, comme le pain, les yogourts, les céréales à déjeuner ou les collations. Il ferait fausse route en soutenant des produits au halo santé enrichis d’antioxydants, de probiotiques ou avec d’autres additifs. Il faut plus d’aliments préparés comme on pourrait le faire à la maison », précise Madame Voyer. « Parallèlement, il est aussi nécessaire d’intensifier les efforts pour favoriser l’accès à des aliments sains, attrayants et économiquement accessibles dans les institutions publiques », poursuit-elle.

D’autres actions doivent aussi être mises en place ou intensifiées, pour offrir aux Québécois un système alimentaire plus durable et promoteur de santé. Pendant la campagne électorale, la Coalition Poids invite notamment les candidats à prendre des engagements pour :

  • établir une structure de gouvernance interministérielle du système alimentaire québécois, incluant le MAPAQ et le MSSS ainsi que d’autres ministères concernés par les enjeux complexes liés à l’alimentation ;
  • s’abstenir de soutenir financièrement tout développement d’industries alimentaires dont les produits ou les activités commerciales ont des externalités négatives sur la santé publique ;
  • avoir des mesures d’approvisionnement privilégiées en produits frais et locaux et des incitatifs pour soutenir les politiques alimentaires dans les institutions publiques et les municipalités ;
  • revoir les mesures fiscales touchant à l’alimentation pour favoriser les aliments sains.

« Avant de contribuer à l’économie, le système alimentaire sert à nourrir les Québécois. Avec 4 millions d’adultes en surpoids et près de la moitié de la population souffrant d’au moins une maladie chronique, la saine alimentation des Québécois doit être une priorité du prochain gouvernement », conclut Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit plus de 460 partenaires qui visent l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

–30–

Pour toute demande d’entrevue, contactez :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca