Au Québec, une importante proportion de la population est sédentaire, tant dans ses loisirs que ses déplacements. Cela est en partie attribuable à des politiques d’aménagement et des règlements municipaux, qui octroient une place privilégiée à l’automobile ou limitent les occasions de bouger dans les espaces publics. Pour diverses raisons, ces décisions ont des répercussions sur l’adoption d’un mode de vie physiquement actif et, conséquemment, sur la santé des populations.

Même si l’aménagement du territoire est une responsabilité partagée entre différents paliers décisionnels, les décisions municipales influencent directement la vie des citoyens. De plus, les changements d’aménagements en milieu urbain, pour favoriser un mode de vie physiquement actif, ont plusieurs bénéfices tels un impact positif sur l’environnement (ex. : qualité de l’air, réduction des îlots de chaleur) et sur l’économie locale.

Ainsi, lorsqu’elles bénéficient des pouvoirs et ressources nécessaires, les municipalités sont en mesure d’offrir des trajets et des espaces sécuritaires, conviviaux et attrayants pour que la population soit tentée d’adopter des modes de déplacements et des loisirs actifs au quotidien. Dans la littérature scientifique, plusieurs stratégies se sont avérées efficaces pour inciter à l’adoption de ces comportements par les citoyens.

L’une des façons d’intégrer l’activité physique est d’utiliser des modes de transport actifs pour se rendre au travail ou à l’école. Or, l’utilisation de l’automobile comme moyen de transport a maintenant largement dépassé la marche et le vélo.

Une population peu active

La sédentarité est un facteur de risque pour le développement de l’embonpoint, de l’obésité et de plusieurs maladies chroniques1.

Au Québec

  •  En 2009-2010, près de 60 % des adultes étaient inactifs lors de leurs déplacements et de leurs loisirs2.
  • En 2010-2011, seuls 30 % des élèves du secondaire atteignaient le niveau recommandé de 60 minutes d’activité physique par jour et 1 adolescent sur 5 est considéré sédentaire3.
  • Près de 50 % des jeunes sont inactifs lors de leurs déplacements et leurs loisirs4.
  • Seulement 30 % des élèves du primaire et environ 40 % des élèves du secondaire se rendent à l’école à pied ou à vélo5.
  • 55 % des adultes marchent moins d’une heure par semaine pour se déplacer6.

Au Canada

  • En 2012-2013, seulement 20 % des adultes atteignent 150 minutes d’activité physique par semaine7.
  • En 2012-2013, seulement 13 % des garçons et 6 % des filles atteignaient les recommandations de 60 minutes d’activité physique par jour8.

Les loisirs actifs encore peu pratiqués

Pour un enfant, la manière la plus simple, économique et facilement accessible de faire de l’activité physique régulière est de jouer librement à l’extérieur.

  • Près de 62 % des jeunes âgés entre 12 et 17 ans passent 15 heures par jour ou plus par semaine devant un écran à des fins récréatives10.
  • Entre 2009 et 2010, près de 60 % des jeunes québécois de 12 à 17 ans étaient inactifs lors de leurs loisirs, soit le deuxième taux le plus bas au Canada11.

Dans les sociétés industrialisées, le jeu libre à l’extérieur est peu pratiqué, s’expliquant en partie par la perception du danger et des risques dans les quartiers (ex. : circulation automobile)12. Les parents préfèrent alors que leurs enfants s’amusent à l’intérieur ou à des endroits spécifiques (cour arrière, parcs, terrains de jeux), lorsqu’ils ont le temps de les y conduire. Toutefois, il a été démontré que les enfants sont plus actifs lorsqu’ils sont libres de se déplacer à leur gré et de jouer de façon indépendante13.

Conséquences de l'inactivité physique

Le saviez-vous ?

L’activité physique a plusieurs répercussions positives pour les municipalités, tant sur le plan de la santé que de l’économie. Par exemple, les personnes qui utilisent le transport en commun marchent en moyenne 19 minutes par jour, ce qui aide à atteindre les recommandation d’activité physique quotidienne9.

Pour en savoir davantage, consultez les réalisations de la Coalition Poids, en rapport avec l’activité physique.